Flaneries en Aude Romane

Au travers de cette page (réalisée avec l'aide de l'Office du Tourisme de Fanjeaux), vous découvrirez un parcours qui vous conduira au cœur de la Piège, petite région vallonnée située entre l’Ariège et la plaine lauragaise, à la découverte de véritables bijoux de l’art roman, des témoignages de l’histoire que les hommes ont su préserver jusqu’à nous.

Ce parcours champêtre vous conduit d’abord à Cazalrenoux, puis tout près de là, à Génerville, pour continuer vers la chapelle de Fonters du Razès nichée au creux de la Piège ; Vous rejoindrez enfin la plaine lauragaise en terminant votre périple bucolique à la chapelle de Besplas.

L’église romane de Cazalrenoux, un Bijou de l’Art Roman

Cet édifice est un véritable bijou de l’art roman, adossée aux anciens remparts à l’Ouest et qui aurait servie de refuge pendant les guerres de religion.
L’édifice est en effet remarquable : on y accède par un portail en plein cintre orné de moulures et de sculptures. Dédiée à l’Assomption de la Vierge, l’église Notre-Dame relevait du diocèse de Toulouse puis de celui de Pamiers à partir de 1295 et enfin de celui de Mirepoix en 1317.
Elle fut surélevée et fortifiée tardivement mais comporte d’importantes parties romanes datant des XIème et XIIème siècles.
L’édifice possède une nef unique en berceau agrémentée d’une corniche sculptée. Dans la première travée, la voute était surmontée d’un étage donnant accès au clocher servant de défense : à ce niveau, les murs au Nord et au Sud sont percées de meurtrières.
Dans le cœur, on peut y voir des colonnes et un maître-autel en marbre. Les chapelles situées au Nord sont des adjonctions du XIXème siècle.
Les murs en gros blocs de pierre donnent un cachet unique et archaïque à cet édifice soutenu par d’imposants piliers de renforcement.
L’édifice est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1948.

Haut de page ↑

La chapelle de Génerville

Le site a révélé une enceinte ovale entourant le sommet du relief où se trouvait l’église. Un sondage réalisé en 1996 révéla un important mobilier dans les anciens fossés datant du XIIIème siècle et du bas moyen-âge. Aujourd’hui, les vestiges de cette seigneurie qui appartenait au monastère de Prouilhe ne sont plus visibles ; le village a donc fait l’objet d’un réaménagement.

L’église paroissiale se trouve loin du village sur le site d’Arbonens, ancien prieuré, à l’emplacement de l’actuel cimetière, sur la route menant à Cazalrenoux.

L’église actuelle dédiée à Saint-Jean l’Evangéliste, de forme rectangulaire possède un sanctuaire à chevet plat. Une des fenêtres est romane, mais la porte ogivale, ornée d’une belle moulure, date du XVème siècle.

Il existait à l’extérieur, à droite de la porte d’entrée, encastré dans le mur, un bénitier qui permettait aux lépreux de se signer avec l’eau bénite tout en restant à l’extérieur sans contaminer les autres paroissiens. La vasque a disparu mais il demeure encore la niche qui la logeait.

Haut de page ↑

Page en cours de réalisation.

 

Merci de votre compréhension